Stimuler sa Mémoire pour Perdre du Poids

Stimuler sa Mémoire pour Perdre du Poids

Que vous cherchiez à perdre du poids, à ne plus avoir de problème de digestion ou même, à profiter de chacun de vos repas et de chaque moment passé avec votre famille à table, sachez que manger lentement est l’une des clés pour parvenir à cela.

En effet, de nos jours, la grande majorité des gens ne prennent pas le temps de manger puisque leur temps est compté avec le travail, la vie de famille…

Mais cela est une erreur, car manger trop rapidement vous amènera dans tous les cas à des problèmes à court terme, mais également à long terme.

Je vais donc vous expliquer dans cet article pourquoi est-ce qu’il faut absolument manger lentement, que vous voulez perdre du poids en étant plus rassasié et en évitant les craquages alimentaires ou même, par exemple, éviter les problèmes de digestion après le repas comme des ballonnements récurrents ou tout autre situation désagréable.

pourquoi faut-il manger lentement

Pourquoi faut-il manger lentement?

Et bien, il y a énormément d’impacts positifs sur le fait de manger lentement.

Par exemple, le simple fait de pouvoir plus mastiquer, de pouvoir plus profiter du repas…

Néanmoins, je vais surtout m’intéresser dans cet article à un impact encore très peu connu de nos jours, qui est un impact sur la mémoire.

En effet, plus on mange lentement, plus notre mémoire épisodique (une sous-catégorie de notre mémoire) est stimulée.

L’impact de cela est alors que quelques heures après le repas (ou même quelques jours après celui-ci), nous nous souvenons de ce que nous avons mangé, puisque notre mémoire a bien enregistré la nourriture qu’il y avait durant ce repas (le quoi), le moment où l’on a mangé ce repas (le quand) et même où est-ce que l’on a mangé ce repas (le ).

Pourquoi est-ce que le fait de se rappeler de ses repas est-il si positif que cela pour la santé ? manger lentement

Pourquoi est-ce que le fait de se rappeler de ses repas est-il si positif que cela pour la santé ?

La réponse est simple, plus vous vous souvenez de votre repas, plus votre cerveau a compris à quel point vous avez bien mangé durant ce repas (que ce soit au niveau qualitatif, mais surtout au niveau quantitatif).

Cela a même d’ailleurs été prouvé scientifiquement:

En effet, 2 groupes de personnes ayant eux le même repas (mêmes aliments et quantités), mais mangés à une vitesse différente (un groupe mangeait vite [<10 minutes] et l’autre lentement [>10 minutes]) se souvenaient chacun de ce qu’ils avaient mangé durant ce repas 3 heures après celui-ci.

Toutefois, le groupe qui avait mangé le plus lentement se souvenait d’avoir mangé une plus grosse portion de nourriture que le groupe qui avait mangé rapidement (alors que pourtant, les portions étaient les mêmes pour les deux groupes).

Conséquences de cela, le groupe qui avait mangé le plus lentement avait donc impacté indirectement leur satiété à long terme après celui-ci d’une meilleure façon que l’autre groupe.

Cela leur a donc permis de moins manger au repas suivant, puisqu’il était mieux rassasié du repas précédent et plus satisfait de celui-ci.

Ainsi, ces résultats nous montre bien que manger lentement permet de bien mieux stimuler la satiété et donc, permet de perdre du poids à long terme avec plus de facilité, puisque le risque de faim est diminué.

Envie d'en apprendre plus sur la nutrition, de façon à perdre du poids sainement ?

Une autre étude a d’ailleurs prouvé que la mémoire épisodique était souvent moins fonctionnelle chez les personnes obèses, par rapport aux personnes ayant un poids sain.

Cela est dû tout simplement au fait que les personnes obèses sont souvent celles qui mangent le plus rapidement. C’est pourquoi ce sont donc celles qui stimulent le moins leur mémoire épisodique durant chacun de leur repas.

De plus, une autre étude a prouvé que moins l’on stimule notre mémoire épisodique, plus on a de mal à détecter nos signaux de faim et de satiété.

Cela signifie donc que plus on mange rapidement au quotidien, plus on a du mal à savoir si on a réellement faim ou pas (ce qui pose donc un gros problème, puisque cela représente un véritable cercle vicieux).

Maintenant que vous comprenez l’impact énorme qu’a la mémoire épisodique sur la sensation de satiété, sur la digestion et donc sur la perte de poids, nous allons voir comment savoir si vous mangez trop rapidement (ou si du moins, vous stimulez suffisamment cette mémoire épisodique durant vos repas).

question peronne

Comment savoir si on stimule assez notre mémoire épisodique?

Voici la méthode pour tester la capacité de votre mémoire épisodique :

Il vous suffit de vous demander à vous-même (ou éventuellement de demander à une autre personne de vous poser la question) de qu’est-ce que vous avez mangé a-t-elle repas, à quelle heure vous avez pris ce fameux repas et où est-ce que vous avez pris ce repas (quoi, quand et où).

Autrement dit il vous suffit de demander le quoi, le où et le quand d’un repas que vous avez mangé un des jours précédents.

  • Plus vous allez mettre de temps à répondre, plus cela signifie que votre mémoire épisodique n’a pas été stimulée durant ce repas.
  • Pour savoir si vous mangez vraiment une vitesse raisonnable et que vous stimulez assez cette mémoire épisodique, vous devrez normalement répondre à ces trois questions en à peine 10 secondes maximum.
  • À l’inverse, si vous ne parvenez carrément pas à répondre à ces questions parce que vous vous en souvenez plus, cela signifie que vous mangez vraiment trop rapidement et que vous ne stimulez pas du tout votre mémoire épisodique. Autrement dit, cela signifie que vous avez beaucoup de travail à faire sur ce point.
nutrition et mémoire

Comment mieux stimuler sa mémoire épisodique durant chaque repas (et manger plus lentement)?

À vrai dire, il n’y a pas énormément de façon de faire cela. C’est donc pourquoi il faut absolument respecter le peu de possibilités qui vous sont disponibles.

  1. Tout d’abord, la première étape à suivre est de ne pas avoir de distraction externe à table. C’est-à-dire pas de télé, pas de livre, pas de portable… Vous devez être vous, votre assiette et vos proches (si vous mangez à plusieurs).
  2. Ensuite, la deuxième étape est d’éviter les distractions internes. On oublie souvent ce point, mais il est pourtant essentiel ! Si vous ne faites que de penser à vos divers problèmes… vous ne risquez pas de savoir ce que vous mangez (puisque vous n’allez absolument pas être dans le moment présent).

Pour finir, je vais vous démontrer en image l’intérêt de se défaire des distractions internes et externes pendant que l’on mange.

Voici un graphique tiré d’une étude portée sur l’intérêt de la mémoire épisodique lorsque l’on souhaite mieux se contrôler à table face à la nourriture.

Ce graphique représente trois groupes différents (un groupe concentré sur ce qu’il mange [en noir], un autre distrait par leurs pensées [en gris clair] et un autre de contrôle qui est plutôt distrait par leur environnement extérieur [en gris foncé]) ayant mangé 3 types de gâteaux différents (“fingers”, “choc chips” et “digestive”).

Étonnement, on observe que le groupe qui est concentré sur ce qu’il mange a mangé 2 fois moins que les autres groupes sur 2 des 3 gâteaux, ce qui est énorme.

Cela démontre bien que le fait de porter attention à ce qu’il y a dans notre assiette a un énorme impact sur notre connexion avec nos signaux de satiété et donc, à la quantité de nourriture que l’on consomme (ce qui impact donc à long terme notre poids et à court terme notre digestion également).

impact focus nourriture sur satiété long terme

Conclusion

Pour conclure, la mémoire épisodique est un facteur très important, mais qui est malheureusement trop méconnu dans le domaine de la nutrition.

Ne pas stimuler cette mémoire épisodique durant vos repas ne fera qu’occasionner des problèmes de digestion, vous faire manger de trop et donc, vous faire prendre du poids sur le long terme (ce qui dégradera donc votre santé dans tous les cas).

Apprenez donc à mieux stimuler cette mémoire épisodique en étant tout simplement plus conscient du moment présent lorsque vous êtes à table.

Autrement dit, regardez votre assiette, bannissez les distractions externes et internes et occupez-vous plutôt de ce qu’il y a dans votre assiette, de façon à décupler votre sensation de satiété et de bien-être.

Références

Laisser un commentaire